Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MOSAIK RADIOS - CINEMA - Page 3

  • Tous les rêves du monde

    tous les rêves du monde.jpgDe Laurence Ferreira Barbosa, France, avec Pamela Constantino-Ramos, Rosa Da Costa, Antonio Torres Lima, durée : 1h48

    Pamela est une jeune portugaise de la deuxième génération née ici, en France. Empêtrée dans ses contradictions, ses échecs et l’amour absolu pour sa famille, elle se sent perdue et paraît incapable d’imaginer comment elle pourrait vivre sa vie… Surtout qu’elle n’aime que jouer du piano et patiner sur la glace. Elle va pourtant trouver son propre chemin entre France et Portugal.

    Laurence Ferreira.jpgEXCLUSIF : A l'occasion de la présentation de son film au Cinoche de Ris Orangis la réalisatrice du film Laurence Ferreira a bien voulu accorder un entretien à Mosaik Radio que vous pouvez écoutez ici en podcast}}}}

     

    Lire la suite

  • Ken Loach offre tous ses films en visionnage libre sur YouTube

    Quand la plupart des réalisateurs luttent contre les fuites sur internet, d’autres font du web leur allié. Le cinéaste britannique Ken Loach a choisi d’être de ceux-là et de couper l’herbe sous les pieds des hackers en mettant tous ses films en ligne. L’occasion de se replonger dans la filmographie de ce militant de 78 ans.

    Lire la suite

  • DANIELLE DARRIEUX 100 ANS ET 100 FILMS

    Elle avait eu 100 ans il y a si peu. Elle a tourné en France, aux États-Unis, avec les plus grands, Ophuls, Wilder, Demy… Elle a joué avec des monuments, Gabin, Gérard Philipe, Jean-Louis Barrault, Charles Vanel, Simone Signoret...

    On se souviendra longtemps de son interprétation du poème d'Aragon dans 8 Femmes de François Ozon "Il n'y a pas d'amour heureux", chantait elle entourée de Deneuve... Elle avait déjà 90 ans. On retrouvait la jeune fille en fleur qui, depuis ses débuts, poussait la chansonnette, comme on disait alors.

    Lire la suite

  • CAPITAINE THOMAS SANKARA

    Sankara : ce nom reste gravé dans les mémoires en Afrique. Un documentaire, « Capitaine Thomas Sankara », a été consacré au souvenir du jeune révolutionnaire burkinabè, assassiné en 1987. Le réalisateur suisse Christophe Cupelin a retrouvé des archives précieuses qui éclairent d’un jour nouveau son style étonnant, sa relation avec la France et avec Blaise Compaoré.

    « A bas l’impérialisme ! A bas le néo-colonialisme ! » C’est presque un jeune homme qui s’exprime à la tribune, dans les premières minutes du documentaire de Christophe Cupelin. Thomas Sankara a pris le pouvoir à 34 ans, en 1983, dans un pays qui s’appelait encore la Haute-Volta. Un pays qu’il va rebaptiser le Burkina Faso, et ce n’est là qu’un des multiples changements que ce militaire guitariste va mettre en œuvre avant son assassinat, en 1987. Un assassinat qui va contribuer à faire de lui une icône de la jeunesse africaine.

    Christophe Cupelin a vécu les années Sankara. Le réalisateur suisse n’a que 19 ans quand il débarque à Ouagadougou, en 1985. « J’avais l’impression qu’un peuple se mobilisait pour prendre en main son propre avenir, se souvient Christophe Cupelin. L’histoire s’écrivait en direct à ce moment-là. »

    Lire la suite

  • LE SENS DE LA FETE

    Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd'hui c'est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna.

    Comme d'habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l'orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie... Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d'émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu'à l'aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

    ECOUTEZ LA CRITIQUE DU FILM EN PODCAST}}}

    Lire la suite